Greeters des Canaux Bourguignons

Le canal n'est pas vu par tout le monde comme un monument ou un site touristique à visiter, ni par les touristes, ni par les locaux, ni même, quelquefois, par les prestataires touristiques.

 

Il n'a d'ailleurs pas été construit pour ça, c'était une "autoroute" à bateaux. Mais le temps et la nature ayant fait leur oeuvre, il faut désormais faire un effort d'imagination certain pour y déceler aujourd'hui les traces d'une infrastructures de transport. Les techniques de construction de l'époque (de mécanique et de maçonnerie) ont un bien joli charme, 200 ans plus tard.

 

Tous ceux qui s'intéressent et s'appesantissent un peu sur le sujet, tombent accro. Chacun y découvre un monde inconnu, avec son histoire, ses succès, ses échecs, ses audaces. Il faut juste avoir une sensibilité pour ces vieilleries, ou avoir eu la chance de tomber sur un vieux bouquin, ou avoir croisé un éclusier émérite volubile.

 

Mais rares sont les élus. Nombre de touristes (lointains ou locaux) rate l'occasion d'être initié, par manque d'opportunité, par manque de "médiateur" du canal.

 

Parce que le canal a aujourd'hui besoin de tous les soutiens, nous devons initier, sensibiliser, le plus grand nombre à la valeur historique et patrimoniale du canal.

 

C'est l'objet d'un futur club de "greeters": des ambassadeurs volontaires qui désireraient partager leur passion (en anglais, "to greet" = accueillir)

 

Potentiellement, les membres de nos associations pourraient tous devenir des greeters. Ce serait même pour eux une excellente occasion de contribuer utilement au dessein de l'association à laquelle ils adhèrent. Ils en ont les compétences, mais ils peuvent manquer de technique, ou de confiance.

 

Pour donner ces outils, pour permettre à  certains de se "jeter à l'eau", une formation "ambassadeur des canaux" a été mise en place, avec le Conseil Régional de Bourgogne. Deux journées ont été organisées en avril 2014, à Auxerre. Sept membres des ACN y ont participé, parmi un groupe de 18 personnes (guides, offices de tourisme...)

 

La même démarche a été entreprise autour du canal de Bourgogne, à Montbard, avec le même succès (vingt personnes).

 

Les dernières journées de formation ont eu lieu à Pouilly-en-Auxois et à Auxerre en septembre 2014, en présence de greeters du pays Beaunois et de responsables d'offices de tourisme.

 

Une journée de terrain a aussi été organisée à Beaune fin novembre 2014, avec une quinzaine de personnes, pour un test grandeur nature. Malgré le froid, la magie a opéré et toutes ont été emballées par cette expérience.

 

Il existe déjà trois groupes de greeters bourguignons: les "Greeters de Dijon", les "Greeters en Pays Beaunois" et les "Greeters en Côte de Nuits". Un quatrième devrait donc voir le jour prochainement: les "Greeters des Canaux de Bourgogne".

 

Une fois le groupe créé, la communication pourra alors débuter, via les réseaux sociaux, le web et les offices de tourisme des canaux. Les premiers "clients" séduits par ce tourisme participatif pourront alors se manifester.

 

Une première action des Greeters des Canaux de Bourgogne pourrait être de permettre à VNF d'assurer l'ouverture du canal le 14 juillet, jour traditionnellement prétexte à un repos bien mérité, pendant lequel les plaisanciers, ne pouvant passer les écluses, sont contraints d'interrompre leur progression sur leur canal.

 

Les futurs greeters pourraient en effet seconder les éclusiers dans leur travail en tournant avec eux les manivelles des écluses. Cela leur permettrait d'acquérir un peu de vécu sur le canal et ainsi parfaire leurs connaissances. Car l'on apprend mieux en faisant.

 

Cette opération, encore en cours de montage avec VNF, pourrait rentrer dans le cadre d'un programme de formation interne à VNF, du type "Vis mon job".

 

Souhaitons que toutes ces initiatives puissent aboutir, dans l'intérêt du canal